10 Livres Pour Commencer La Lecture En Pr Pa

Livres pour débuter en france Introduction et conclusion de zumba complet

À la négation de quelle ou le jugement il est nécessaire aussi de se rappeler les principes de la logique. On formule d'habitude quatre essentiels : le principe de l'identité, la contradiction et la suffisance. Sans entrer dans les détails, on peut s'arrêter non les plus essentiel pour l'opération de la négation des jugements.

Parmi les jugements simples selon qualitatif à la caractéristique de la liasse se détachent les jugements de la réalité, la nécessité et la possibilité. En tout ce groupe des jugements trouvent comme les jugements de la modalité, qui représente le degré de l'authenticité de n'importe quel jugement simple.

La logique prend la place spéciale dans le système des sciences. La particularité de sa position est définie par ce qu'elle accomplit par rapport à d'autres sciences le rôle méthodologique par la doctrine sur les formes et les méthodes de la mentalité. L'objet de la logique est assez spécifique, sont des formes de l'idée. C'est pourquoi à l'étape initiale il est nécessaire de définir qu'un tel l'idée, la forme de l'idée, la mentalité. S'étant adressé à la philosophie, comme à la science à la logique de parenté, on peut s'imaginer la mentalité comme le moyen de la réflexion de la réalité. Il y a quelques formes de la réflexion de la réalité, la considération successive de qui amène à la compréhension de l'objet de la logique.

En affirmant ou en niant l'appartenance du signe à l'objet, nous reflétons d'autre part dans le jugement l'existence ou non l'existence de l'objet du jugement en réalité. Ainsi, par exemple, dans tels jugements simples, comme : “il y a des prairies spatiales”, “les Ondines n'existent pas en réalité” etc., nous affirmons directement (ou nous nions) l'existence de l'objet du jugement en réalité. Dans d'autres jugements simples l'existence de l'objet du jugement en réalité déjà nous est connue notoirement. Non seulement les jugements de l'existence, et et dans tout jugement simple contiennent la connaissance selon l'existence ou non l'existence de ce jugement en réalité.

Deuxièmement, la classification des notions et les jugements se réalise, à partir des principes totaux. À savoir les notions et les jugements se subdivisent sur les aspects selon quantitatif et les indices de qualité. Par exemple, les notions pour le signe quantitatif se subdivisent sur total, unitaire, nul, et les jugements simples catégoriques total, unitaire, privé.

Si unir qualitatif et l'indice quantitatif, on peut diviser tous les jugements simples catégoriques en six aspects :,, , , , .

Le principe de la contradiction demande que la mentalité soit successive. Il demande que, en affirmant quelque chose sur quelque chose, nous ne niions pas même sur même au même sens en même temps, i.e. interdit simultanément d'accepter une certaine affirmation et sa négation.

Le signe sera n'importe quelle propriété de l'objet extérieur ou intérieurement, évident ou non directement observé, total ou distinctif. La notion peut refléter le phénomène, le procès, l'objet (matériel ou imaginé). L'essentiel pour la forme donnée de l'idée – refléter total et en même temps essentiel, distinctif dans l'objet. Ceux qui sont inhérents à quelques objets, les phénomènes, les procès se produisent les signes totaux. Essentiel est le signe, qui reflète la propriété intérieure radicale de l'objet. La destruction ou le changement de ce signe entraîne le changement qualitatif de l'objet, et donc sa destruction. Mais il faut avoir en vue que l'importance de n'importe quel signe est définie par les intérêts de la personne, la situation formée. Le signe essentiel de l'eau pour la personne ayant soif et pour le chimiste sera deux diverses propriétés. Pour le premier – la capacité à assouvir la soif, pour deuxième – la structure des molécules de l'eau.

Après la considération des notions la forme statique il est nécessaire de procéder à l'étude de l'opération sur eux. Parmi les opérations on peut mettre en relief tels, comme la négation, la multiplication, l'addition, la soustraction, la généralisation, la restriction, la division, la définition.